Bilan de la réunion d’information : thèse ou pas thèse

Le 13 février dernier, l’association des doctorants en sciences humaines et sociales de Tours (ADSHS37) a organisé une réunion d’information destinée aux étudiant-es de Master 2 en sciences humaines et sociales de l’université François-Rabelais comme annoncé précédemment. Cette réunion d’information, qui a rassemblé près de 40 étudiant-es en Master des trois principales UFR* en SHS de l’UFRT constitue à notre connaissance la seule réunion d’information publique à destination des étudiant-es de Master au sein de l’université, hormis d’éventuels séances de cours en Master, principalement recherche. Dans ce court article, nous en relatons les principaux temps forts.

Après une brève présentation de l’association et du cadre général de la réunion qui était organisée en toute indépendance vis-à-vis de l’université, Sarah-Anaïs Achache (CITERES – CoST, présidente de l’ADSHS) énonce les connaissances fondamentales concernant le doctorat : le statut du diplôme dans le LMD, les différents interlocuteurs du futur doctorant (direction de thèse, laboratoire, école doctorale) et le calendrier d’inscription avec les démarches nécessaires en vue de la candidature aux contrats doctoraux. Elle présente ensuite les 4 temps forts de la réunion et s’occupera de la régulation du temps des différents intervenants.

Temps 1 : Cadre administratif de la thèse

Alexandre Gauron (CITERES – CoST) et Cédric Mpie (CITERES – IPAPE) décrivent chacun leur tour  le processus qui les a conduits en thèse en indiquant la manière dont ils ont construit leur sujet et trouvés leur directeur soit au sein de leur parcours du M2, soit en prenant contact directement avec leur encadrant. Puis Stéphanie Gosset (CITERES – IPAPE, trésorière de l’ADSHS) intervient pour présenter son propre parcours un peu différent puisque son financement de thèse dépendait d’un appel d’offres mis en ligne par l’université. Chacun-e fait part de manière réflexive des enjeux, des éventuels regrets et propose, à partir de son expérience, des conseils à destination des étudiant-es en Master présent-es.

S’ensuit un premier temps d’échange avec la salle, dominé par de nombreuses interrogations autour de la différence entre co-tutelle et co-direction.

Temps 2 : Financement

Marie Lafont (CESR et représentante des doctorant-es à l’École doctorale sciences humaines et sociales) prend ensuite la parole pour présenter le cadre administratif du contrat doctoral en insistant sur les exigences calendaires. Illustrant son propos par les sujets de l’année précédente mis en ligne sur le site Internet de l’École doctorale, elle décrit ensuite ses conditions de travail en tant que doctorante contractuelle en donnant des informations factuelles sur le contrat de travail dont elle bénéficie. Sarah-Anaïs complète son propos en indiquant que les futurs étudiant-es bénéficiant d’un contrat doctoral seront face à des réalités sensiblement différentes puisque le nouvel arrêté du doctorat supprime les missions complémentaires d’enseignement pour les transformer en heures de vacation. Les organisateurs déplorent cette dégradation des conditions de travail du doctorant.

Sarah-Anaïs intervient ensuite et relate son expérience d’échec lors des auditions aux contrats doctoraux. Elle dresse un bilan critique de sa propre prestation et, malgré le choc de la déception, explique comment elle a su (difficilement, toutefois) rebondir en élaborant un contrat CIFRE au cours d’un processus qui a duré près d’un an. Sarah-Anaïs en profite pour souligner l’existence et les enjeux de ce dispositif comme d’autres qui sont accessibles aux futur-es doctorant-es ayant échoué à leurs auditions et raconte qu’elle a su transformer ce « 2e choix par défaut » en quelque chose de très intéressant pour la poursuite de sa recherche.

Alexandre décrit aussi les différents « trucs et astuces » qu’il a mis en œuvre pour pouvoir vivre pendant sa thèse : entre bricolages, vacations, contrats partiels à droite et à gauche, il insiste sur la nécessité de se ménager des temps de travail sur sa thèse et des temps alimentaires dans son organisation. Décrivant certains de ces travaux, Alexandre souligne la difficulté de certaines situations et met par exemple en évidence la non mensualisation des vacations contre laquelle il a dû lutter face à une institution pas toujours à l’écoute. Bruno Hervé (EHESS CERMA, secrétaire de l’ADSHS) intervient ensuite pour expliquer que si la situation décrite par Alexandre paraît sombre, de nombreuses possibilités et bourses existent et qu’en y passant un peu de temps, il était possible de vivre pendant sa thèse pour quelques mois, voir auprès d’ambassades, d’instituts divers et variés pour des financements ponctuels.

Temps 3 : Déroulé de la thèse

Pris par le temps, notamment celui des échanges engagés avec la salle et les autres doctorants présents autour des premiers témoignages, les trois interventions initiales sont réorganisées et finalement seule Zara Fournier (CITERES – EMAM, vice-secrétaire de l’ADSHS) prend la parole pour décrire les missions des doctorant-es : elle détaille notamment les enjeux formels et informels autour des communications dans des congrès (réseaux, stimulation intellectuelle) et de la publication. Elle évoque aussi la question du financement des déplacements inhérents au travail de thèse que cela soit pour communiquer ou pour réaliser la dimension empirique de la recherche.

Temps 4 : Post thèse

Dans ce contexte toujours contraint par le temps, Florent Giordano (VALLOREM, vice-président de l’ADSHS) clôture cette réunion en abordant la question de l’après-thèse : il présente le découpage en sections du conseil national des universités, explique la nécessité d’obtenir une qualification pour postuler aux postes de maître de conférences et décrit sommairement les exigences pour obtenir la qualification (publications dans la section, enseignement, bonne thèse). Il prend ensuite l’exemple des doctorant-es qu’il a pu croiser dans son bureau pour dresser un portrait rapide et sans généralisation statistique de ce qu’ils sont devenus.

Conclusion

La présence — relativement* — massive d’étudiant-es ainsi que les remarques que nous avons pu échanger à la fois en cours et à la marge de cette réunion nous confortent dans l’idée que celle-ci apporte une information solide et générale à des connaissances parfois dispensées de manière fragmentaire et volontairement fragmentées aux étudiant-es se lançant dans le processus de thèse. Nous espérons avoir ainsi donné un retour d’expérience de professionnels permettant aux étudiant-es envisageant de se lancer dans cette drôle d’aventure de la thèse de le faire avec un certain nombre de cartes en main et ainsi d’éviter quelques désillusions malvenues. Cependant, la densité des informations ainsi condensées et les conditions de travail exposées, dont chacun « du milieu » connaît la précarisation rampante, n’ont pas pu nous empêcher d’échanger des regards désabusés, voire amers, en toute fin de réunion, malgré le caractère formidable de l’aventure intellectuelle que représente la thèse.

* À ce sujet, nous tenons à remercier les responsables pédagogiques et administratifs ayant fait suivre, parfois massivement, notre message d’invitation aux étudiant-es et ne pouvons que regretter l’attitude de ceux qui ont préféré le contrôle et l’opacité des informations, quant il ne s’agit pas de désinvolture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *