Compte-rendu du séminaire « Rois et châteaux »

illust_seminaireLe séminaire organisé le 9 avril 2014 par l’ADSHS a eu pour thème « Rois et châteaux ». Vous trouverez le résumé des présentations ainsi que le compte-rendu des discussions ci-dessous.


Résumé des présentations et compte-rendu des discussions

« Chambord face à la Grande Guerre : un tournant décisif dans l’histoire d’un château et de son domaine »

par Timothée BARTKOWIAK, doctorante en histoire de l’architecture contemporaine, INTRU

Résumé de la présentation :

La présente communication a pour but de mettre en avant les événements spécifiques liés à la Première Guerre mondiale. Cette période très courte, vient prendre place au sein de la thèse ayant pour titre : « Chambord : domaine princier, domaine national » qui développe les aménagements du château et du domaine, les campagnes de restauration architecturales, en passant par l’histoire sociale du territoire donné. Le  début du XXe siècle marque la transition entre la période de Chambord en tant que propriété de la famille des Bourbon­ Parme et celle qui ouvre une nouvelle ère, c’est­à-dire la période de propriété de l’État. La Première Guerre mondiale est donc la période clé de l’histoire du domaine de Chambord, puisque c’est dans les années 1910 que se scellera le destin du prestigieux château. Comment la Première Guerre mondiale a­t-elle marqué de manière significative l’histoire de Chambord d’un point de vue historique et architectural ?

1914 est la date fatidique du début de la Grande Guerre qui causa tant de pertes humaines et matérielles. Cette date, à l’échelle de Chambord, marque également le début d’un grand bouleversement dans l’histoire du château et de son domaine. En effet, depuis le décès de Robert de Parme en 1907 en Italie, l’État français cache de plus en plus difficilement ses intentions d’acquérir le château appartenant à la famille des Bourbon-­Parme depuis 1821. En 1907, lors de la succession de Robert de Parme, la justice autrichienne désigne l’héritier de Chambord et chef de famille comme étant S.A.R. Élie de Parme (1880-1959), petit-­neveu du Comte de Chambord.

Ayant échoué durant le XIXe siècle dans ses multiples tentatives, l’État finit par avoir une première fois gain de cause en 1915, à la suite d’une procédure judiciaire plaçant le château sous le coup du séquestre.

Les années de guerre à Chambord laissent le domaine sans restaurations architecturales dignes  de ce nom : on se contenta de faire quelques réparations principalement aux abords du château et dans le domaine. La période de la Première Guerre mondiale est surtout intéressante d’un point de vue administratif et social. En effet, le placement sous séquestre engendre bien des bouleversements, tant sur le territoire de Chambord qu’au sein de la famille Bourbon-­Parme. En effet, Élie, frère de l’impératrice Zita d’Autriche, sert dans l’armée austro-­hongroise quand la guerre éclate. Par mécontentement, la France lui confisque l’ensemble de ses titres de propriétés en 1915 ainsi que le château de Chambord. La liquidation des biens du prince commence en 1919 en application des traités  de  Saint­-Germain­-en-­Laye. Le Prince Élie est finalement contraint, après guerre, de vendre le château de Chambord et le domaine lui étant attaché. La période du séquestre peut­être  aujourd’hui considérée comme la transition entre la  propriété de la famille Bourbon-Parme – propriétaire des lieux pendant plus d’un siècle – et l’acquisition par l’État en 1930 et sa finalisation judiciaire en 1932.

1914 – 1918 à Chambord est une période mouvementée, comparable à celle que connaît la France toute entière, et son étude précise permet de mieux appréhender l’histoire d’un château et de son domaine dans son passage de la sphère privée à la sphère publique…

Compte-rendu des discussions :
Discutants : Solveig BOUROCHER, Doctorante en histoire de l’art, CESR et Alain SALAMAGNE, Professeur en histoire de l’art, CESR
Preneur de note : Marie HUYGHE

1. A. SALAMAGNE :

– Qui est cette famille Bourbon-Parme ? Quelles relations entretient-elle avec les autres familles aristocratiques ? Quel est son réseau ? Comment a été déterminée sa nationalité (autrichienne) ?

– Quelle est la fonction de Chambord pour cette famille ? est-ce une résidence familiale ? un lieu de chasse ? un domaine de rapport ?

→ il serait intéressant de creuser la thématique financière : pourquoi des emprunts ? dans quel objectif ? comment sont-ils demandés ?

– Elie de Bourbon-Parme : est-ce un homme machiavélique ? Il n’a pas réellement réagi à la mise sous séquestre du château : est-ce qu’il aurait senti la « bonne affaire » qui lui permettrait de ne pas avoir à entretenir le château ?

– approfondir la question de la mise sous séquestre des biens qui appartiennent à des aristocrates étrangers (qui sont plus « européens » qu’autre chose en réalité) – approfondir la thématique de « familles aristocratiques / frontières »

Cf. l’exemple de la famille de Crouy ( ?), de nationalité allemande, qui possédait des biens dans le nord de la France au moment de la guerre 14-18, en particulier le château de l’Hermitage. A vendu ces biens à un homme de paille pour qu’ils ne soient pas mis sous séquestre.

– 1450, crise de la féodalité, difficultés des nobles à assurer l’entretien de leurs domaines → est-ce le même phénomène à Chambord en 1914 ? (revendications sociales, etc.)

 

2. S. BOUROCHER

– Est-ce que pendant la guerre 14-18, il y a des considérations/politiques patrimoniales qui apparaissent au sujet de Chambord ?

– Est-ce qu’il y a des motivations architecturales concrètes aux emprunts ? → rattacher les faits historiques aux questions budgétaires.

– « Destinée de Chambord (archives, hôpital) : y a-t-il eu de véritables projets concrets ? des plans ? des repérages ? des visites, des estimations ?

– Méthodo : quelle est ta manière de travailler ? → Expliciter la méthodo

 

3. Public

– Pourquoi le projet de transformer Chambord en hôpital n’a pas eu lieu ? y a-t-il un lien avec le fait que le château soit sous séquestre ? → question à creuser

– Luc FORLIVESI :

– pourquoi vouloir déclasser le château ? pour pouvoir le démanteler, le détruire ? → à creuser

– EPB vient régulièrement à Chambord à la fin du XIXème siècle : quelle est la part de son désintérêt pour le château (cf. non-réaction à la mise sous séquestre) et le symbole romantique qu’il représente ?

– Jérôme SALMON :

– pourquoi ce sujet ? Quelle a été l’historiographie sur Chambord pour cette époque ?

– aspect histoire Vs aspect histoire de l’art : ces deux aspects vont induire 2 types de problématiques → attention, la difficulté va être de joindre ces deux problématiques, ces deux mondes


« La vision de l’architecture Renaissance dans l’œuvre de Louis de la Saussaye »

par Jennifer LUSSEAU, doctorante en histoire de l’architecture Renaissance, CESR

Résumé de la présentation :

Le chevalier Jean­François de Paule­Louis de la Saussaye (1801­1878) est un érudit connu comme historien du Blésois, membre de l’Institut, numismate, et recteur des académies de Poitiers et de Lyon. Ne pouvant accéder à la carrière militaire à laquelle sa famille le destinait, il se tourne vers l’histoire et l’archéologie. A partir de 1834, il va se passionner pour les châteaux de la Loire et publie une Notice sur le domaine de Chambord, puis une histoire du château de Blois, et un guide historique et artistique de Blois et ses environs, ouvrages qui eurent un important succès et connurent de nombreuses éditions. Une partie de mes recherches consiste d’ailleurs à comprendre quelle est sa vision de l’architecture Renaissance à travers ses ouvrages, tout en montrant que les nombreuses éditions sont également le moyen pour lui de faire évoluer sa pensée ainsi que de permettre au lecteur de suivre l’histoire contemporaine des différents édifices, en particulier leur restauration.

En 1828, il épouse Mademoiselle Amélie Petit­Pareau de la Coudraye et obtient le domaine de Troussay comme cadeau de mariage de la part de son oncle et de sa tante qui l’avaient recueillie en 1815 à la mort de son père.

Ami de l’architecte Félix Duban et de Prosper Mérimée, il s’intéresse à la restauration et à la conservation des monuments historiques. Cet intérêt va d’ailleurs le conduire à restaurer son domaine de Troussay qui avait été « laissé fort à l’abandon » d’après lui. L’idée de cette restauration consiste à préserver la physionomie du vieux Troussay, tout en essayant de l’embellir davantage. Pour cela, il introduit au château des éléments de décors du XVe et du XVIe siècle provenant d’autres châteaux de la région et d’hôtels particuliers de Blois alors en voie de disparition. Afin de donner une image cohérente au décor, Louis de la Saussaye fait reproduire par son ami architecte du blésois, Jules Pottier de la Morandière, un décor de style Renaissance pour la façade sud et de style XVe siècle pour la façade nord. Pour cela, il fait réaliser des copies d’éléments de décor sur d’autres châteaux de la région. A travers ces travaux, on peut donc voir qu’il cherche à exprimer sa propre vision de la restauration et de l’architecture Renaissance. Cette vision se manifeste également dans ses ouvrages. Il rend alors à Troussay, un hommage à l’architecture du Blésois et de la Sologne. A la suite de ses restaurations une forte ressemblance avec le château de Blois peut être observée.

Compte-rendu de la discussion :
Discutants : Diane BROCHIER, doctorante, CESR et Jérôme SALMON, Doctorant en histoire, CESR
Preneur de notes : Marie HUYGHE

D. BROCHIER

– Est-ce que Louis de la Saussaye a essayé de faire un cabinet de curiosité, un écrin à ses collections, ou essayé de préserver des bâtiments qui avaient été détruits ?

 

J. SALMON

– Du point de vue scientifique, il y a un véritable intérêt à étudier le XIXème siècle comme un pont entre une architecture médiévale renaissante, et l’architecture telle qu’on la connaît aujourd’hui.

→ cf. Viollet-le-Duc& Pierrefont

→ étudier le rôle du XIXème siècle, d’un personnage comme LdlS (qui a une attitude paradoxale, entre rigueur historique et le souhait d’avoir un « musée architectural ».

– Véritable intérêt méthodologique à étudier la « vision » d’une architecture, et pas la restitution de cette architecture

– Intérêt : on a la vision de l’architecture et on voit comment il la met en place, comment il se constitue cette vision de l’architecture.

– D’un point de vue historiographique, comment est-ce que la doctorante se situe ?

– Vision, formation, connaissances, etc. → quid du réseau de LdlS ? (Mérimée, Viollet-le-Duc, etc.). Il serait intéressant d’approfondir cette question du réseau.

→ comment LdlS a-t-il récupéré certains éléments architecturaux (dons ?) : la question de la récupération est fondamentale.

– Quel est le projet de LdlS pour Troussay ? Il veut réhabiliter le château, qui se transforme en cabinet de collection → a-t-il eu un projet ? a-t-il construit sa « folie » au gré des récupérations ?

 

Public

– Solveig BOUROCHER :

– y a-t-il des écarts entre les écrits de LdlS et la réalité architecturale ?

– LdlS est archéologue : a-t-il fait des fouilles à Troussay ?

– concernant la distribution du château : est-ce un plan typique du XIXème ? ou y a-t-il des échos au château de la Renaissance ? → la relation entre le décor et la distribution peut être intéressante

– Alain SALAMAGNE :

– attitude ambigüe de LdlS : quelles relations avec les « bandes noires » qui mettent en pièce des bâtiments, qui font du trafic international (en particulier de cheminées) : LdlS participe de cette démarche

– que restait-il des bas-reliefs et autres éléments extérieurs de Troussay quand LdlS les a remplacés ?

– L. FORLIVESI : a beaucoup apprécié la vision du romantisme dans la présentation.

– voir dans les archives de Blois et du Loir et Cher les délibérations liées à l’alignement des rues, et plus largement liées aux problèmes architecturaux et culturels → il y est peut-être indiqué ce qu’on a fait des déchets.

– utiliser vraiment le cadastre napoléonien

– quelle est l’iconographie de Troussay ?


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. site dit :

    ce billet est simple et très utile je trouve, merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *