Compte-rendu du séminaire « Action publique patrimoniale »

Le séminaire organisé le 26 mars 2014illust_seminaire par l’ADSHS a eu pour thème « Action publique patrimoniale ».Vous trouverez le résumé des présentations ainsi que le compte-rendu des discussions ci-dessous.  

 

 

Télécharger le compte-rendu en version PDF

 


Résumé des présentations et compte-rendu des discussions

« Mesurer les effets et les usages du patrimoine dans la Mouraria à Lisbonne  »

par Jacques Galhardo, doctorant en géographie, équipe CoST, CITERES Résumé de la présentation : La Mouraria est l’une des composantes spatiales du centre ancien de Lisbonne. Situé dans la partie nord-est de ce dernier, elle apparaît à la fois comme un quartier enclavé, isolé, en marge du centre ancien de Lisbonne ; mais aussi le passage obligé, vu par la municipalité, entre ce le centre ancien et le reste de l’agglomération : une sorte de charnière entre le centre et la périphérie de la ville. Différentes actions de mise en valeur de la Mouraria, de la promotion des mémoires du lieu et des populations mettent en scène la requalification de cette partie du centre ancien. Autour des questions du patrimoine et des mémoires de ce quartier, les différents acteurs locaux s’engagent dans un régime d’interrelations qui combinent et/ou alternent résistances, arrangements, négociations, contournements, indifférence, acceptations. Notre communication a pour objectif, dans ce contexte, de réfléchir à l’approche et aux outils à mettre en place pour mesurer des effets et des usages du patrimoine urbain dans la Mouraria. Notre intervention s’inscrit dans le cadre de la préparation du travail de terrain que nous conduirons cet été à Lisbonne.

Compte-rendu des discussions :

Discutants : Françoise Clavairolle, maître de conférences en anthropologie, CoST, CITERES et Héloïse Nez, maître de conférences en sociologie, CoST, CITERES

Preneurs de note : Benjamin Gayon et Laura Seguin

Commentaires généraux sur la présentation :

  • L’approche anthropologique permet de voir le patrimoine comme co-construction, et de ne pas s’intéresser uniquement au patrimoine tel qu’il est définit par l’action publique, les acteurs institutionnels du patrimoine.
  • Cette recherche semble opposer deux types d’approches : une « par le haut », et une « par le bas », une « institutionnelle » et une « citoyenne » (cf. Michel Rautenberg : patrimoine par « désignation » ou patrimoine par « appropriation »). Cette opposition est aujourd’hui largement dépassée dans les réflexions sur le patrimoine, il s’agit plutôt d’une co-construction entre politiques publiques et citoyens.
  • On affirme souvent l’existence d’un processus de construction du patrimoine, or on parle le plus souvent en terme de « patrimoine » et non pas de « patrimonialisation ». Le patrimoine est toujours un processus, puisqu’il est construit par des acteurs sociaux. Il est par exemple souvent observé que lorsque la mémoire s’efface, simultanément il existe une résurgence de la mémoire par les acteurs locaux.
  • Les réactions des acteurs sociaux « passifs » ne peuvent être que réactives : ils approuvent ou désapprouvent ce qui a été proposé par les acteurs publics.

Commentaires sur la méthodologie employée :

  • La démarche méthodologique à partir des photographies est intéressante et originale, et rejoint la méthode ethnographique : recueil de témoignages, de discours que les personnes ne disent pas spontanément. Cela permet d’explorer « l’émotion patrimoniale » (cf. Véronique Dassié) encore peu investie par les recherches.
  • La démarche devrait être enrichie d’une enquête ethnographique classique, par de l’observation participante, des parcours commentés dans le quartier avec des personnes rencontrées au cours des entretiens. L’idée serait de capter des émotions collectives.
  • Une question doit être éclaircie dans le protocole d’enquête : comment définir différents groupes sociologiquement ? Quels critères ont été utilisés pour les définir ? Est-ce qu’ils représentent la diversité sociologique du quartier ?
  • Pour les entretiens individuels à partir de cartes et de photos, il serait préférable de préparer des questions de relance pour rebondir sur les réactions des interviewés (référence bibliographique sur la mobilisation de cartes et photos : Sylvain Maresca ; sur les entretiens itinérants : Matthieu Adam). Il faut être prudent sur l’utilisation de cartes, les manier différemment selon les publics, tous ne sauront pas se repérer facilement sur une carte. Héloïse Nez suggère également de commencer plutôt par l’expérience que par l’entretien : le parcours avec les interviewés puis l’entretien. Enfin, comment choisit-on les photos ? Sur quels critères ? Une autre démarche serait de donner un appareil photo aux gens pour ne pas imposer les catégories et représentations du chercheur (ou alors demander aux gens leurs photos déjà prises du quartier)
  • Au niveau pratique, cette démarche demande aux gens une importante disponibilité : est-ce possible pour tous ?

« Quelle expertise étudier pour un patrimoine de proximité aux limites incertaines ? »

par Julie Marchand, doctorante en sociologie, équipe IPAPE, CITERES

Résumé de la présentation : Le patrimoine résonne aux oreilles des publics usagers en termes de monumentalité. Pour le quidam, qui dit patrimoine dit le Château de Chambord, les remparts de Carcassonne, la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. L’urbanité est pourtant concernée par des protections au titre patrimonial : les secteurs sauvegardés, les zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) ou aires de valorisation de l’architecture et du patrimoine (AVAP) depuis 2010, et sur certains terrains un plan local d’urbanisme dit « patrimonial ». Elles sont mon terrain d’étude. Ces protections sont actuellement remises en cause par le Ministère de la Culture et de la Communication au prétexte d’une multiplication et d’une superposition malheureuse des juridictions, flouant de fait leurs compréhensions par les usagers et les « experts ».  L’objet de cette intervention sera donc dans un premier temps d’éclairer ma problématique – à savoir la réception et l’appropriation de ces protections urbaines par les publics applicateurs et usagers – à la lumière d’une action publique résonante. Action publique qui pose de nouvelles limites géographiques, temporelles et de gouvernance des acteurs. L’objectif sera dans un deuxième temps de définir, à la lecture des premières pistes dégagées après six mois de recherche, qui sont les experts intéressants le sujet, reconnus comme indicateurs probants de l’appropriation de l’action publique.

Compte-rendu des discussions :

Discutants : Patrice Melé, professeur en géographie, CoST, CITERES et Mathieu Gigot, docteur en géographie, CITERES.

Preneurs de note : Benjamin Gayon et Laura Seguin

Commentaires généraux sur la présentation :

  • La recherche présentée mériterait une accroche plus pertinente du point de vue des enjeux liés aux questions patrimoniales. Dans le domaine urbain, la question patrimoniale n’est pas évidente, difficilement compréhensible pour les habitants. Un quartier central patrimonialisé est facilement reconnaissable, repérable. Aujourd’hui cela apparait comme une évidence que les quartiers anciens historiques sont du patrimoine, il existe une croyance/valeur partagée selon laquelle il faut protéger à jamais certains quartiers (même les architectes sont sensibles au patrimoine, alors qu’ils étaient auparavant dans l’hypermodernisme). Il s’agit là d’une véritable révolution dans la façon de penser la ville, mais comment fait-on ? La protection patrimoniale ne peut pas saisir certaines dynamiques : dynamiques urbaines, et surtout sociales (la patrimonialisation fixe des espaces qui sont vivants).
  • La question de l’incompréhension de la protection patrimoniale doit être également traitée du point de vue des acteurs institutionnels (pas uniquement les publics) : utilisent-ils les bonnes formulations ? L’ABF, corps incarnant le patrimoine, sait-il communiquer ?
  • Explorer la différence entre prescription et négociation : lorsque l’expert architecte intervient sur la valeur patrimoniale d’un bâtiment il prend une position qui n’est pas forcément partagé par tous. La négociation doit permettre de s’accorder sur ce qui fait patrimoine : qu’en est-il de l’expertise associative ou habitante/citoyenne ?
  • Nécessité de replacer la recherche dans son contexte : en France, il existe une certaine vision du patrimoine : les centres-villes sont remis à neuf (à la différence de l’Italie par exemple). Il s’agit d’une routinisation de l’action publique patrimoniale qui mériterait peut-être d’être repensée.
  • La problématique pourrait justement s’intéresser à la façon dont sont produites les règles, et la façon dont elles sont reçues (question de la médiation des règles). Qu’en est-il également de la réception et de l’appropriation des règles par les habitants ? L’expertise pour produire la règle patrimoniale prend-elle également en compte l’expertise habitante, celle des associations ? Quelles résistances peut-on observer vis-à-vis de la règle patrimoniale ?
  • Enfin, d’une manière générale, il est nécessaire de clarifier les hypothèses suivant les objectifs de la recherche qui ne sont pas encore bien clairs et qui semblent hésiter entre deux visées : une visée normative qui consiste à améliorer les relations entre la diversité des acteurs de l’aménagement (recherche « patrimonialo-centrée »), ou une visée de connaissance du fonctionnement de l’action publique patrimoniale. Dans les deux cas, il s’agit de s’extraire d’une position trop « ABF-centrée ». La question du rapport à la règle est centrale : le chercheur est-il là pour améliorer la réception de la règle ? Répond-il à une demande de ce type de la part de certains acteurs institutionnels ?

Commentaires sur des points particuliers de la présentation :

  • Ce n’est pas forcément l’injonction à protéger qui n’est pas comprise, mais plutôt la règle de patrimonialisation.
  • Nécessité de différencier les services instructeurs, de cibler les cabinets ministériels, les services de l’Etat, la direction générale des patrimoines (DGP), pour voir comment ils conçoivent de manière différente voir contradictoire le patrimoine.
  • Attention à ne pas confondre : les élus ne sont pas vraiment programmistes pour le patrimoine, ce sont plutôt les chargés d’études : il serait bien d’aller voir comment ils travaillent, comment ils produisent les règles, et comment se fait la négociation avec les élus.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *