Compte-rendu du séminaire « Villes petites et moyennes. Planification, centralité, attractivité »

illust_seminaireÉcoutez l’enregistrement audio de la communication de Mehrdad Mirahmadi : ici

Et celui de la communication de Ksenija Banovac : ici

Compte-rendu par Benjamin Genot.

L’ADSHS a organisé, à la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire à Tours, le jeudi 4 décembre 2014 le second séminaire doctoral de la saison 2014-2015, placé sous le thème des « Villes petites et moyennes ». La présentation des travaux a donné lieu à des reprises constructives et de nombreux conseils d’ordre méthodologique et épistémologique. Ce second séminaire doctorant a donc rempli sa mission principale d’aider les doctorants à y voir un peu plus clair tout en bénéficiant d’un retour sur les hypothèses développées.

«  Planification stratégique pour les villes petites et moyennes »

par Mehrdad MIRAHMADI, doctorant en Aménagement, UMR CITERES – IPAPE

Résumé de la présentation :
Il existe dans la littérature des études, des systèmes de planification et des méthodologies dérivés des plans de développement des grandes villes qui ne peuvent être simplement transférés pour les petites villes. D’ailleurs réduire l’échelle de planification par rapport aux grandes villes n’implique pas nécessairement la réduction de la complexité des questions de la planification. Il est donc pertinent d’étudier les pratiques de planification qui s’adaptent directement aux villes de petite taille. Comment la taille des villes influence-t-elle les pratiques de planification locales ?

 Discutants : Corinne MANSON, Maître de Conférences à l’Université de Tours – LERAP (Laboratoire d’Étude et de Recherche sur l’Action Publique) et Fabien NADOU, Enseignant-chercheur en développement territorial à l’École de Management de Normandie – IDéT (Institut du Développement Territorial)

Compte-rendu des discussions :

Dans quelle mesure les documents de planification – instrument d’action publique incontournable en France – prennent-ils en considération les spécificités de toute nature (économiques, sociales, territoriales…) caractérisant des contextes urbains particuliers propres aux villes petites et moyennes (VPM) ? Quels défis, problèmes spécifiques et communs les VPM partagent-ils en termes de développement territorial ? Ces spécificités transparaissent-elles à travers l’écriture des plans ? Le système de planification français s’adapte-t-il aux contextes urbains comme semble le suggérer la notion de territorialisation de l’action publique ? Par une analyse de la planification stratégique des VPM, M. MIRAHMADI pose la question de la singularité des pratiques de planification des VPM par rapport à la « planification en campagne » (auteur, date) ou encore des métropoles.

Plusieurs remarques ont été soulevées à l’issue de la présentation :

  1. Il a été relevé un problème de définitions : qu’entend-on par ville et par région ? L’expression de planification régionale a été employé pour désigner deux documents de planification différents, aux maîtres d’ouvrage différents et qui se déploient également à des échelles différentes. Par régional, faut-il comprendre un document comme le SRADDT qui est élaboré à l’échelle d’une région administrative ou, à l’inverse, comme le SCOT à l’échelle d’une « région urbaine » même si le terme d’aire urbaine apparaît plus pertinent ?

  1. A la question : les SCOT et SRADDT sont-ils adaptés aux VPM ? Corinne Manson rappelle que le système juridique en droit français est unitaire ce qui signifie qu’aucune différence en termes de contenu n’est exigé ou attendu de la part du législateur dans les documents de planification dans la mesure où les VPM sont avant tout des intercommunalités qui, à rang égal (communauté de communes ou communauté d’agglomération), jouissent de compétences égales. Elle rappelle néanmoins que le statut juridique diffère pour les métropoles avec la loi MAPAM qui édictent trois régimes distincts : les métropoles à statut particulier (Aix-Marseille-Provence et le Grand Paris), la métropole de Lyon et les autres désignées comme « métropoles de droit commun ». Par conséquent, si une territorialisation du droit paraît pertinente pour les métropoles, aucune distinction n’est faite pour les VPM qui ne sont pas une catégorie juridique.

  1. Le cadrage méthodologique a également été interrogé. D’une part, le choix de retenir les SRADDT comme matériau de recherche a fait débat. Ces documents sont des documents d’objectifs de nature programmatoire certes englobant au regard des thématiques abordées mais qui, du reste, s’applique à l’échelle d’une région entière. Un doute a été exprimé sur le fait qu’un SRADDT puisse cibler spécifiquement des VPM. D’autre part, il a été conseillé à M. MIRAHMADI de procéder à une phase d’enquête exploratoire et d’engager un premier travail de terrain compte tenu qu’au bout de 3 années l’attention s’est exclusivement portée sur le cadrage théorique. Un premier retour d’expérience du terrain pourrait servir à préciser les hypothèses et le cadre méthodologique de la recherche visant à établir un lien entre pratique de planification et taille d’un ensemble urbain ou ville.

 

«  Centralité et attractivité des villes petites et moyennes : application à la région Centre »

par Ksenija BANOVAC, doctorante en Aménagement, UMR CITERES – IPAPE

Résumé de la présentation :
Les villes petites et moyennes (VPM) ont été peu étudiées aussi bien en France qu’à l’étranger du point de vue de leur trajectoire de développement économique, social et environnemental. Pourtant, les VPM (environ 5 000 à 100 000 habitants) représentent une proportion significative de la population nationale (12,9 millions d’habitants, soit 21 % de la population en France métropolitaine) et portent des fonctions importantes pour le développement régional. Elles jouent un rôle de centralité du fait qu’elles diffèrent des autres espaces en termes d’emploi, du profil des activités économiques et des caractéristiques démographiques. D’un côté, elles ont la capacité de capter, organiser, filtrer et diffuser un ensemble de flux de biens, de personnes et d’informations. Et, dans un deuxième temps, elles offrent aux ménages et aux entreprises des conditions pour se localiser et d’y rester. La question de notre recherche est alors d’identifier les sources de développement socio-économique des VPM de la région Centre et d’en expliquer les fondements et les modes de déploiement et de consolidation à long terme.

Discutants : José SERRANO, Maître de Conférences à l’Université de Tours – CITERES/IPAPE et Marie HUYGHE, Doctorante en aménagement à l’Université de Tours – CITERES/IPAPE.

Compte-rendu des discussions :

Les travaux de K. BANOVAC discutent de ce qui pour le moment n’est qu’une hypothèse mais qui n’en demeure pas moins une hypothèse forte : existe-t-il un modèle d’innovation économique et sociale propre aux villes petites et moyennes (VPM) ? La présentation de K. BANOVAC a été l’occasion de préciser la définition des caractéristiques et spécificités territoriales des VPM. A la lumière de cette introduction, plusieurs interrogations ont été formulé dont deux principales. D’une part, autour de quels « atouts » s’organisent le fonctionnement et le développement des VPM (concurrence ou complémentarité) ? D’autre part, les stratégies des VPM s’expriment-elles dans des termes communs quand il s’agit de construire, d’organiser et de maintenir des fonctions et activités économiques par rapport aux stratégies des métropoles ? Ces deux questions de départ interrogent, par conséquent, l’existence d’un « modèle » de développement spécifique des VPM.

Là encore, plusieurs remarques ont été exprimées à l’issue de la présentation dont deux – d’ordre épistémologique et méthodologique – ont retenu notre attention :

  1. Les discutants et, notamment monsieur Serrano, est revenu sur la présentation et l’organisation des hypothèses de travail développées par K. BANOVAC. Ce dernier lui conseille de faire de son hypothèse n°1 « la taille des ville n’est pas un déterminant de la concurrence » et de l’hypothèse n°2 « les fonctions des VPM dépendent d’un système régional et influent en temps sur ce dernier » des sous-hypothèses de son hypothèse centrale selon laquelle nous pouvons postuler au regard des caractéristiques des VPM l’existence en situation d’un modèle de développement commun et partagé entre VPM.

  1. Sur le plan méthodologique, il a été vivement conseillé à K. BANOVAC d’ajouter une dimension empirique à sa méthodologie de recherche ou, du reste, de l’initier dès à présent compte tenu, d’une part, du degré de formalisation théorique et, d’autre part, du fait que pour le moment seul un travail statistique et de construction de matrices de données a été entamé. A cet égard, le contenu et « l’utilité » de ce travail statistique à fait l’objet de débats. L’analyse multivariée et les tests de variance doivent aboutir à singulariser les dynamiques qui affectent le développement économique et sociale des VPM. Il a été demandé si la littérature n’avait pas réglé cette question avec une méthodologie différente ce qui permettrait d’économiser un temps précieux mobilisable pour la tenue d’entretiens semi-directifs avec les entrepreneurs locaux notamment. Sur ce point, il a été très vivement conseillé à la doctorante de tester les hypothèses de son travail et le sens des premiers résultats issus du traitement statistique par le biais d’une méthodologie d’entretiens auprès des acteurs économiques et institutionnels des territoires d’étude concernés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *