Compte-rendu de la journée d’étude « Étudier l’invisible », 19 mai 2015

Affiche

Retrouvez ici les enregistrements des quatre communications et des échanges qui s’en sont suivis :

« Maris battus et épouses révoltées dans les archives judiciaires des Parlements au XVIe siècle : sources et non-dits » (Charlotte Fuchs, CESR – Tours)

Khiam, du musée-prison au lieu spectral : l’analyse de la ruine (Zara Fournier, EMAM/CITERES – Tours)

« Ce que dit et ce que masque le recours au patrimoine (Guillaume Étienne, CoST/CITERES – Tours)

« Matière sonore et savoir faire : utiliser l’apprentissage artisanal pour interpréter les sons des flûtes archéologiques » (Étienne Safa, ARTeHIS – Dijon)

Compte-rendu par Zara Fournier

La journée d’études thématique de l’ADSHS « Étudier l’invisible », qui s’est tenue à la MSH le 19 mai 2015 a permis à quatre doctorants issus de différentes disciplines en sciences sociales de venir présenter leurs travaux en cours devant quatre enseignants-chercheurs travaillant sur des thématiques similaires, autour des questions méthodologiques suivantes : comment analyser ce qui est tu, oublié, détruit, caché ou simplement inaccessible ? Quels outils méthodologiques déployer pour percevoir et collecter des données latentes et les analyser ? Quelles difficultés propres à l’analyse de ces objets se posent lors de l’enquête de terrain, en entretien ou devant des traces qui parlent difficilement d’elles-mêmes ?

La journée s’est déclinée en quatre ateliers d’1h30, chacun ayant permis à un doctorant de présenter un exposé d’une vingtaine de minutes, suivi d’une heure de discussion avec les discutants invités et le reste de l’auditoire. Les quatre doctorants qui ont présenté leurs recherches en cours sont issus des disciplines historique, géographique, sociologique et archéologique mais tous se confrontent à des problèmes d’accessibilités aux sources et de traitement de données « silencieuses » (manque d’archives, situations de non-dits en entretiens, terrains détruits ou disparus…).

Charlotte Fuchs, doctorante en première année d’histoire au CESR à l’Université de Tours, a débuté cette journée en exposant les problèmes d’accès aux sources auxquels elle fait face dans l’étude de la figure du mari battu à la Renaissance ; l’analyse des non-dits au sein des sources institutionnelles de l’époque ainsi que la rareté des archives judiciaires sur le sujet révèle une forme de tabou lié à la figure de « l’homme battu ». Ce « silence » des archives l’amène à se tourner vers des sources culturelles et l’analyse des voix discordantes dans la littérature, permettant ainsi une meilleure compréhension des formes de transgression au sein du couple à l’époque. Florence Alazard, maître de conférence en histoire au CESR à Tours, a centré le commentaire de l’exposé de Charlotte autour de trois aspects : le statut de l’archive, les études de genre en histoire, et la question des usages de la littérature pour les historiens. Elle invite à désacraliser le statut de l’archive chez l’historien, en distinguant l’information délivrée par l’archive et la manière dont l’archive la délivre. Plusieurs auteurs remettent en cause l’idée que l’archive rendrait forcément « visible l’invisible », et celle-ci ne rend pas forcément compte d’un phénomène courant au sein d’une société. Dans le même ordre d’idées, elle questionne la représentativité des sources littéraires. L’exploitation de sources littéraires peut effectivement induire le biais d’ériger en norme ce qui relève d’une exception. Enfin pour ce qui est des études de genre, elle invite à approfondir le concept de violence féminine à l’époque.

L’exposé de Zara Fournier, doctorante en première année de géographie à EMAM/CITERES à l’Université de Tours, a visé à mettre en avant les difficultés méthodologiques liées à la mise en mémoire d’un lieu détruit à plusieurs reprises et symbole d’une période conflictuelle et d’événements traumatiques. L’approche métaphorique du lieu en tant que spectre du conflit lui permet d’interpréter les non-dits et les tabous dans les discours des enquêtés, et de caractériser les destructions successives de la prison. Vincent Veschambre, maître de conférence en géographie et enseignant à l’ENSA de Lyon est revenu sur l’importance des mots et des désignations utilisées pour caractériser un lieu, un espace ou un phénomène. À une approche métaphorique, il préfère une « économie de moyens » en termes de concepts mobilisés pour être au plus proche des phénomènes décrits. Cette suggestion a été appuyée par Alain Battegay, sociologue au centre Max Weber de Lyon, qui a également accentué l’importance d’étudier la totalité des acteurs impliqués dans le processus de mise en mémoires du lieu.

La présentation de Guillaume Étienne, post-doctorant en sociologie au sein de l’équipe COST/CITERES, a également porté sur la mise en mémoire et la patrimonialisation. À travers l’exemple d’un pèlerinage français adopté par des immigrés portugais, il met en avant la tension permanente de l’objet patrimonial, entre consensus apparent par la mobilisation de la « tradition » d’une part, et tensions et non-dits d’autre part. Il interroge également la place du chercheur, observateur de ces processus néanmoins perçu comme acteur extérieur auprès de qui il s’agit de valoriser le patrimoine. Le commentaire d’Alain Battegay sur sa présentation a porté sur l’importance des mots choisis pour caractériser et décrire les processus étudiés. Il met en garde sur le sens donné au mot tradition comme passé révolu et insiste sur les compétences des groupes étudiés à mettre en scène leur patrimoine. L’invisibilité n’est donc pas claire : est-ce la division entre les membres du groupes rendue invisible derrière la mise en scène patrimoniale ? ou bien le regard de l’ethnologue ne rend-il pas invisible la continuité du groupe et sa compétence à se mettre en scène ?

Enfin, Étienne Safa, doctorant en première année en archéomusicologie à ARTeHIS à l’Université de Dijon, a bâti sa réflexion autour de la dialectique entre savoir et savoir-faire présente dans l’étude des sons des populations du passé. Lorsque les objets archéologiques se font aussi témoins de sonorités anciennes, la seule formation d’archéologue devient insuffisante pour appréhender leur richesse et leur complexité sonores et artisanales. Face à ces difficultés, il encourage la rencontre entre archéologie, musique et artisanat et présente les atouts et défis méthodologiques liés à l’apprentissage d’un savoir-faire artisanal par le chercheur. Sophie Archambault de Beaune est revenue sur la méthode d’apprentissage, en la mettant en perspective avec la reconstitution, largement utilisée en archéologie. Elle distingue la reconstitution muséale de la reconstitution expérimentale, mobilisée par Étienne. L’originalité de son travail tient à sa pluridisciplinarité (son sujet de recherche croise la musicologie, l’archéologie, l’histoire la technique et l’ethnographie) et à la mobilisation d’un savoir-faire artisanal.

De manière générale, plusieurs axes forts et thématiques communes se sont dégagés de cette journée caractérisée par l’éclectisme des interventions :

  • La question des sources : que ce soit le silence des sources judiciaires, la complexité de reconstitution des flûtes paléolithiques, les non-dits, tous les participants de la journée font face à des sources qui ne parlent pas d’elles-mêmes. Une réflexion sur le statut de la source, son contexte de production et d’énonciation, peut contribuer à enrichir son analyse et à la « révéler » davantage.
  • Le choix des mots : devant des processus complexes et labiles, l’importance d’une description la plus proche des objets et acteurs étudiés a été soulignée à plusieurs reprises.
  • La réflexivité du chercheur : le chercheur sur des terrains qui ne se « dévoilent » pas facilement doit nourrir une réflexion quant au statut qu’il occupe sur son terrain. Comment est-il pris dans les jeux d’acteurs qu’il étudie ? Son comportement modifie-t-il son objet d’études (par exemple pour ce qui est de l’apprentissage artisanal en archéologie) ?

Le format de la journée s’est particulièrement bien prêté à l’échange entre les doctorants et chercheurs confirmés. Les doctorants participants ont eu le temps d’exposer en détails un aspect problématique de leur travail de thèse, et leurs discutants respectifs se sont prêtés au jeu de l’exercice en préparant en amont leurs commentaires, ce qui a mené à des discussions riches en conseils, suggestions et nouvelles idées. La thématique commune de la journée a également permis de faire des ponts entre les différentes interventions et c’est de manière collective que les participants et les encadrants ont animé les quatre séances de la journée. De manière plus informelle, la journée a permis les retrouvailles d’anciens doctorants devenus professeurs, et aussi d’ouvrir la voie à de nouveaux projets. Moment fort de la journée, et non des moindres : un superbe buffet méditerranéen maison !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *