Appel à communications : journée thématique “Espace et genre”

L’Association des Doctorant·es en SHS de Tours souhaite tenir entre novembre et février à la MSH Val de Loire une journée d’étude thématique “Espace et genre” dont les modalités sont déclinées ci-dessous. Si vous êtes intéressé·e à participer en tant que doctorant·e ou post-doctorant·e intervenant à cette journée, merci de bien vouloir entrer en contact avec nous !

La date de la journée sera déterminée en concertation avec les différent·es intervenant·es et discutant·es.

Stéphanie Gosset (doctorante en urbanisme, CITERES – Tours, stephanie.gosset@etu.univ-tours.fr) Benoît Haug (doctorant en anthropologie de la musique, CESR – Tours, benoit.haug@univ-tours.fr)

pour l’ADSHS

Espace et genre :

expériences, pratiques, constructions

Fonctionnement :

4 sessions de 1h30 se déroulant comme suit :

– Exposé (20 minutes) par un·e doctorant·e d’une recherche personnelle – participant directement ou non de sa thèse – sur le sujet « Espace et genre : expériences, pratiques, constructions ».

– Échange (une heure environ) avec un panel de quatre discutant·es (de préférence MCF ou PU) spécialisé·es dans la thématique de la journée et dans les champs, approches et méthodes des quatre doctorant·es-intervenant·es. Un·e ou plusieurs discutant·es référent·es seront assigné·es à chaque session sur la base d’affinités disciplinaires et seront ainsi chargés d’inaugurer et mener le temps de critique et d’échange – auquel sera bien sûr convié le public élargi.

Les intervenant·es et discutant·es seront recruté·es par l’équipe d’organisation qui veillera d’une part à une interdisciplinarité effective, d’autre part à ce qu’au moins la moitié des participant·es soient affilié·es à l’Université de Tours.

Propos :

Des deux acceptions du terme « espace » que proposent A. Moles et E. Rohmer – l’espace comme objet de connaissance dont le « Je » est absent versus l’espace égocentré, centré sur un « ici et maintenant »1 – nous retiendrons la seconde en considérant la façon dont ce « Je » s’est construit. Ainsi notre rapport à l’espace est-il une construction psychosociale basée à la fois sur nos expériences sensorielles et nos pratiques dans et sur l’espace, auxquelles nous donnons sens à l’aide de nos connaissances et représentations.

Agglomérant l’ensemble des connaissances et représentations s’appuyant sur la binarité sexuelle perçue des corps, le genre joue un rôle évident dans ces expériences et ces pratiques tout comme dans leurs interprétations. V. Rouyer a par exemple amplement démontré que le rapport à l’espace se construit à l’épreuve des socialisations différenciées selon le sexe des individus2. Nous nous proposons au cours de cette journée d’étude de poursuivre l’interrogation des rapports qu’entretient le genre à l’espace tel qu’il est conçu, perçu, interprété et pratiqué.

L’espace est-il genré dès sa conception, ou bien est-ce du sens donné à cet espace – notamment à partir de socialisations sexuées – que découlent des modes d’investissement différenciés ? Dans quelle mesure l’expérience corporelle de l’espace est-elle conditionnée par le genre ? Ces interrogations auront de toute évidence intérêt à être travaillées dans une perspective pleinement interdisciplinaire, notamment de la psychologie à l’urbanisme et de l’histoire à la géographie en passant par l’anthropologie et la sociologie.

1 Moles, A. & Rohmer, E, Psychologie de l’espace, Paris, L’Harmattan, 1972.

2 Rouyer, V., La construction de l’identité sexuée, Paris, Armand Colin, 2007.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *