Compte-rendu de la journée d’étude « Espace et Genre : expériences, pratiques, constructions »

Retrouvez ici les enregistrements des cinq communications et des échanges qui s’en sont suivis :

– « La popote : un espace dédié à la masculinité des militaires » (Adeline Poussin, LIRCES – Nice)

– « La midinette et la rue : entre séduction et émancipation à l’aube du XXe siècle » (Claire-Lise Gaillard, CRHXIX – Paris)

– « Les nuits en tous genres : la vie nocture de Beyrouth comme espace des performances de genre » (Marie Bonte, PAcTe – Grenoble)

– « Prendre place dans les transports publics urbains : une pratique genrée ? » (Stéphanie Gosset, CITERES – Tours)

– « Les femmes âgées et l’appropriation d’un espace « sacré » en contexte urbain : l’affirmation de soi à travers les pratiques et croyances religieuses en Chine contemporaine » (Julie Remoiville, GSRL – Paris)

 

Compte-rendu par Stéphanie Gosset

Cette journée d’étude s’est tenue le 12 janvier 2016 à la MSH (Maison des Sciences de l’Homme). Outre les participant.e.s, elle a suscité l’intérêt d’une douzaine de personnes du monde académique et autant de l’extérieur informées par le biais de divers réseaux susceptibles d’être intéressés par le sujet proposé.

3 doctorantes et 2 post-doctorantes ont pu présenter leur recherche à 5 chercheuses et chercheur. L’une des doctorantes et l’une des chercheuses étaient de l’Université de Tours, les autres sont venu.e.s d’Orléans, Bordeaux, Grenoble, Nice et Paris.

Adeline Poussin, jeune docteure en ethnomusicologie au LIRCES (Université Nice-Sophia Antipolis), a montré comment à travers le chant et dans un espace spécifique et clos (la « popote »), les soldats de l’armée de terre manifestent et renforcent leur virilité, dans un contexte professionnel où celle-ci est particulièrement valorisée. Ces chants grivois ne sont autorisés que dans cet espace et renvoient eux-mêmes à d’autres espaces. Les soldates quant à elles n’ont aucune possibilité de participer à cette activité, car elles prennent le risque, en se virilisant, d’être dévalorisées. Par ailleurs, le fait de lancer un chant et d’être suivi (donc d’être capable de lancer un chant) a également pour fonction la remise en question de la hiérarchie formelle, instaurant une hiérarchie informelle non plus liée au grade mais à l’ancienneté. Là encore, les femmes ne sont pas intégrées, ne pouvant ni participer à la remise en question la hiérarchie formelle, ni à l’instauration d’une nouvelle hiérarchie.

Claire-Lise Gaillard, doctorante en histoire contemporaine au CRHXIX (Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Université Paris Sorbonne) a mis en évidence le rôle subversif des midinettes qui remettent en question la rue, espace considéré comme masculin. Ouvrières de la mode, elles ont une apparence soignée malgré leurs petits moyens. Elles investissent et transforment par leur joyeuse présence les rues des quartiers où elles travaillent en espace de (potentielles) rencontres matrimoniales, dans l’espoir d’une ascension sociale. Par ce biais, elles contribuent aussi à transforment la rue en attraction touristique, relayée notamment par des guides touristiques, mais aussi par des écrivains. Tolérées dans la mesure où elles peuvent être érotisées et qu’elles manifestent par leur investissement de la rue leur adhésion à la norme hétérosexuée (à travers la recherche d’un conjoint), elles sont rejetées dès lors qu’elles s’y manifestent comme sujets autonomes lors de grèves prolongées, réclamant le respect de leurs droits.

Marie Bonte, doctorante en géographie au PacTe (Université Grenoble Alpes), a présenté certains résultats de ses travaux menés dans les lieux de vie festive nocturne à Beyrouth. Elle a pu observer que les hommes comme les femmes qui fréquentent ces lieux le font en se présentant de façon très hétéro-normée en jouant des rôles de sexe très fortement stéréotypés (les hommes comme les femmes accentuent leur rôle de genre, y compris par le biais de l’apparence, les femmes jouant sur une apparence ultra-féminine et les hommes sur le statut socio-économique). A travers leur discours, elle a pu mettre en évidence l’aspect subversif de la fréquentation de ces lieux en réaction à un contexte politique très conflictuel.

Stéphanie Gosset, doctorante en urbanisme au CITERES (Université de Tours), a exposé ses premiers résultats issus d’observations dans 12 villes, essentiellement européennes, mais aussi de Hong Kong, Dubaï et Rabat. Ces résultats provisoires permettent déjà d’entrevoir que la socialisation différentiée à l’espace a des effets y compris à l’intérieur des véhicules de transports publics. Si ceux-ci engagent plutôt à l’immobilité, la façon de prendre place se fait dans la dynamique d’arrangement des sexes, telle qu’elle est décrite par E. Goffman, les femmes prenant le moins de place possible, les hommes prenant la place qu’ils veulent. Un paradoxe a été souligné concernant les femmes : dans l’ensemble, elles tentent de prendre le moins de place possible avec leur corps, mais sont relativement plus encombrées que les hommes, par des objets associés à leur genre (sacs à mains et poussettes).

Julie Remoiville, jeune docteure en études de l’Extrême-Orient au GSRL (EPHE/CNRS), a montré le rôle que jouent les lieux de culte non-officiels dans les espaces péri-urbains en Chine dans la vie sociale des femmes âgées (à partir de 55 ans). Elle a contextualisé sa recherche en mettant en évidence les spécificités historiques, sociales et culturelles de sa recherche ethnographique. Ces spécificités ont permis de comprendre la solitude à laquelle ces femmes sont confrontées au moment où elles sont à la retraite, et comment le lieu de culte leur ouvre des opportunités de vie sociale, mais aussi de transmission de rituels, qui autrement sont voués à disparaître, du fait de la révolution culturelle. A travers ce lieu, elles retrouvent donc non seulement une vie sociale qui leur permet d’échapper à la solitude, mais aussi un rôle social important de transmission.

La dimension interdisciplinaire de la journée a contribué à la diversité des objets d’étude exposés et a donné lieu à des discussions stimulantes et de haut niveau. Le format hybride incluant la société civile a été testé lors de cet événement. Le potentiel de ce format est riche. Cependant, il amène à se poser des questions concernant le cadrage (nombre de discutants et temps de discussion octroyés à chaque parties). Il est notamment fort regrettable qu’en raison d’une gestion du temps difficile, le public n’ait pu intervenir autant que souhaité. Et ce d’autant plus que celui-ci s’est montré très intéressé par cette thématique d’actualité. Concernant la thématique du Genre et de l’Espace, si la question du Genre a bien été traitée en profondeur, celle de l’Espace a plutôt été traitée comme une ouverture que comme élément constituant et constitué des situations et interactions présentées.

L’ambiance générale s’est avérée être très conviviale. La journée a été entrecoupée d’un généreux buffet végétarien, qui a convenu à toutes les papilles et a permis des discussions plus informelles entre personnes du monde académique et personnes extérieures à celui-ci.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *